Salon des sciences en Vendômois

Pour la 2ème  année consécutive, Jean-François Ortemann enseignant de l’école Yvonne Cholet et sa classe de CM1/CM2, ont pris part au Salon des Sciences en Vendômois. Mais ils n’étaient pas seuls, l’événement a rassemblé près de 800 personnes sur 3 journées :

  • Le 12 avril Michel Brunet, archéo-anthropologue, intervenait pour 2 conférences à 2 deux temps différents avec des publics différents  (400 personnes intitulée « Nous sommes tous des africains, et hors d’Afrique, tous des migrants »).
  • Le 17 mai les parrains scientifiques intervenaient devant un public de 100 personnes.  
  • Le 18 mai a eu lieu une grande journée de restitution (conférences, ateliers) au cours de laquelle les travaux de 14 classes de primaires, de 5 classes de Lycée mais aussi de 20 étudiants de master furent présentés sous diverses formes (Conférences, Atelier). Une journée riche en échanges! 

Le projet est à retrouver sur leur site: https://leiningercat.wixsite.com/salonvendomois . Une aventure qui, de source sûre grandira, et, nous l’espérons, fera des émules… un grand bravo à eux.

Antoine, animateur des Savanturiers du Vivant. 

 

Publicités

Alicia rend visite aux élèves de l’école Paul Bert…

Mais que s’est-il passé le mercredi 6 juin?

Un moment tant attendu… par les enfants… par la maîtresse mais également par Alicia, mentor du projet Savanturiers « Autour des phasmes ».

Pendant une heure et demi les échanges furent très riches, nous avons :

  • Beaucoup rigolé!
  • Écouté avec attention la présentation d’Alicia qui nous a expliqué sont passionnant travail de recherche autour des Cellules.
  • Assisté à la restitution du projet Savanturiers par les enfants. La classe n’a pas eu la chance de participer aux congrès Savanturiers mais leurs « bookcreator » est de toute beauté!

Quand à moi, je fus très content d’assister à cette superbe rencontre…

Antoine, animateur de la communauté Savanturiers du Vivant

 

Tâche finale assemblage de la ruche connectée

                                                                                                                                                                                                               Construction                                       De Ruche Électronique

Fixation des Fils des casiers  :

Découpages des Séparateurs:

1.On mesure les séparateur.

2.On met sur une pochette plastique(au bord) les séparateurs.

3.Avec une règle et un cutter on commence à découper sur un verre.

4.Ils doivent mesurer les trous, pour les refaire dans les pochettes plastiques.

Matériel:

*règle ,pochettes plastiques,coûter , verre.

Installation du capteur :

  1. dessiner un modèle sur de la feutrine .
  2. Ils font  des trous.
  3. Ils font avec la scie le trou du modèle.

4.Dans le trou du modèle on va  mettre le capteur.

*feutre,adesive, scie, perceuse et règle.

L’électricité:

1.on doit couper la partie dont on n’a pas besoin.

2.Avec un métal qui s’appelle “l’étain” on connecte  les fils du circuit électrique.

IMAG0901

Résultat Final La ruche connectée contient plusieurs capteurs dont la température et l’humidité elle est autonome grâce à des panneaux solaires :

 

Article écrit par:Michelle Giraldo et Mateo Mosquera

Photos prises par:Alexandre Verne

Notre journée de restitution au Kursaal

 

Nous sommes partis des Rousses à 7 heures pour aller jusqu’ à Besançon au Kursaal. Quand nous sommes arrivés là-bas il était 9h45, nous nous sommes entrainés une dernière fois. À 10h15 nous montions sur l’estrade pour présenter notre travail sur les microbes. Ensuite, il y avait une classe de Grande-Section qui travaillait sur le cerveau. Après cela c’était l’heure de la collation. Puis c’était au tour d’une classe de 3eleur thème était : « Mon histoire dans l’histoire ». Chacun devait faire un témoignage sur un évènement historique. Ça a été au tour des 6equi ont travaillé sur les origines et conséquences des mouvements des planètes du système solaire. À midi, nous avons pique-niqué dans une salle car dehors il pleuvait !

L’après-midi nous avons fait des ateliers scientifiques comme : Défi Chamallow, l’Encapsulage… Notre classe a fait deux ateliers un où nous apprenons avec quoi se laver les mains : eau chaude, eau froide, eau chaude + savon, … Et un autre où nous comprenons le fonctionnement de la levure. Pendant que les autres tournaient sur les différents ateliers. Il y en avait un où nous avons visionné les travaux des classes qui n’ont pas pu venir et nous leurs posions différentes questions et nous disions des appréciations à 16h30 nous avons gouté puis nous sommes repartis aux Rousses pour une arrivée à 18h35.

Elsa

 

 

Les livres de conseils sont faits! Et le diaporama récapitulatif aussi!

Ca y est, le projet touche à sa fin, première étape, les BD conseils sont terminées. Vous pouvez les voir en cliquant sur ce lien: BD conseils

Le diaporama créé grâce à génial.ly est sur ce lien: genial.ly

Un grand merci à Amandine Terrier erun de la circonscription de Champagnole (39) pour son aide précieuse.

Prochaine étape: le congrès des jeunes chercheurs à Besançon le 11 juin!

Les CM2 des Rousses.

Les enjeux de la diversité génétique et notre problématique par le groupe de 2°8 du Lycée Parc des Loges

Bonjour,

Nous sommes une trentaines d’élèves de seconde plus précisément la 2°8 au lycée du parc des Loges. Nous travaillons donc sur un projet qui s’intitule les « Les Savanturiers ». Nous avons eu le choix de travailler sur ce projet qui traite sur les biotechnologies et nous avons choisi les biotechnologies vertes. Nous avons choisi les biotechnologies vertes car nous sommes sensible au problème de famine et l’agriculture est la clé de ce problème. Elles permettent d’avoir une connaissance plus fine des caractéristiques et du mode du fonctionnement des plantes. Ce type de biotechnologie nous intéresse beaucoup, nous allons pouvoir découvrir comment améliorer nos aliments, nos agricultures,… .

La guerre des graines:

Nous avons regardé un film qui se nomme « LA GUERRE DES GRAINES ».

Les graines sont le premier maillon de notre alimentation. Mais dans un avenir très proche, les agriculteurs n’auront peut-être plus le droit de ressemer leurs propres graines.

Stenka Quillet et Clément Montfort enquêtent sur cette Guerre des Graines qui menace plus d’un milliard d’agriculteurs sur la planète.Les réalisateurs rencontrent des paysans qui doutent, des militants qui tentent d’alerter les opinions publiques et des politiques qui discutent les futures lois. Vandana Shiva incarne le combat pour la liberté des graines. Cette scientifique et militante écot-féministe indienne a été classée parmi les cent femmes les plus influentes de la planète par The Guardian en mars 2011 .

Lien: https://blog.francetvinfo.fr/guerre-des-graines/2014/06/08/la-guerre-des-graines-est-en-ligne.html

Les différentes société qui font des recherches:

Spitzberge est une île où l’on stock toutes les sortes de graines au cas où celles-ci disparaisses, Spitzbe rge se situe à coté du Groenland.

Génétique et OGM

Nous avons travailler sur les étapes de la transgenèse . Le principe de la transgenèse permet d’apporter des solutions a des problèmes. L’amélioration des qualités alimentaire, la santé, l’industrie ou environnement.

Un OGM est une cellule dans laquelle nous avons introduit artificiellement via le génie génétique un gène. Un gène est une séquence de molécule d’ADN qui peut être lui par d’autres molécules spécialisées pour produire des substances chimiques , notamment des protéines.

L’extraction de l’ADN permet d’isoler l’ADN de cellules ou de tissu. Elle est utilisée pour des recherche moléculaire comme le séquençage ou encore clonage.

D’abord, on purifie la membrane (lyse des cellules), puis on élimine les protéines et les autres nucléiques. Ensuite on concentre de l’ADN par précipitation à l’alcool.

Cacaoyer

Nous avons écoute une radio qui parlait du cacao. Cela racontait que le réchauffement climatique était un danger pour le cacao car en 2050 aller être en sécheresse et le chocolat qui a base de cacao aller disparaître.

Lien: https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-carre/l-edito-carre-17-janvier-2018

La problématique que nous avons choisi est: «Comment observer la diversité génétique au sein d’une même espèce végétal»

On veut donc appliquer a la plante un stress hydrique. Pour cela nous voulons donc observer une plante ayant un stress hydrique pour l’extraire dans une autre qui n’a pas de stress hydrique. Cette problématique nous intéresse car nous subissons les effets du réchauffement climatique nous voulons voir grâce a cette dernière les résistances de la plante face a la chaleur.

2ème rencontre Skype avec Hélène Moreau, notre mentor.

Lundi 7 mai à 14h30, nous avons pu présenter à Hélène nos expérimentations.

Elle nous a aidé à expliquer certains résultats « inattendus »,  proposé de nouvelles expériences ou confirmé celles que nous comptions faire.

Nous savons maintenant que les chercheurs doivent reproduire au moins

 3 fois leurs expériences pour les valider, qu’il faut faire attention à ce que les conditions de l’expérimentation ne changent pas (on parle d’artéfact), qu’il est important d’essayer de trouver les explications à nos inattendus et de vérifier ces nouvelles hypothèses par de nouvelles expériences.

Enfin, nous lui avons demandé si les chercheurs essayaient leurs expériences sur les humains, si ils pouvaient donner les maladies pour vérifier les nouveaux médicaments. Si ils pouvaient tout faire.

Réponse d’Hélène: Non, ils ne peuvent pas tout faire et ils ne rendent jamais les gens malades. Pour tester un nouveau médicament par exemple, ils essaient d’abord sur des cellules, puis sur de petits animaux (les poulpes par exemples) sur des animaux de plus en plus gros. Quand ils peuvent expérimenter sur l’homme, c’est avec des gens déjà malades et volontaires.

Merci Hélène!